INAUGURATION

INAUGURATION

Suite aux indications du gouvernement liées à la propagation du Coronavirus Covid-19, l’inauguration prévue le mardi 12 mai 2020 est reportée à une date ultérieure. Nous vous tiendrons au courant, en espérant vous ouvrir les portes du Lavoir Numérique prochainement.

Le chantier de réhabilitation des Bains douches de Gentilly prend fin. Transformé en équipement culturel, Le Lavoir Numérique est dédié à la photographie, au son et au cinéma numérique.

À 18H30

≡ VISITE DES ESPACES DU LAVOIR NUMÉRIQUE

Venez parcourir les étages et découvrir les projections et installations en continu : la série Scoopitones de Laurent Melon, le film Robert Doisneau, sans les photos réalisé par Bernard Bloch – film où le photographe revisite les bains-douches abandonnés, les installations sonores du Conservatoire de Gentilly, la création visuelle projetée sur la Façade imaginée par Laurent Melon.

(entrée par la rue Freiberg)

≡ VERNISSAGE DE l’EXPOSITION TRACES de WERONIKA GĘSICKA

Traces dévoile le travail de détournements numériques opérés par l’artiste polonaise à partir de photographies promotionnelles des années 1950 et 1960. Exposition présentée jusqu’au 6 septembre.
Plus d’infos

DÈS 20h30

≡ LA SUITE AU GÉNÉRATEUR

Projections Scoopitone Lavoir n°1 (2018) et Scoopitone Lavoir n° 2 (2020) de Laurent Melon

Installation multimédia et concert musique électroacoustique We Use Cookies de Simon HENOCQ & Romain AL’L
Plus d’infos

INAUGURATION

INAUGURATION

Suite aux indications du gouvernement liées à la propagation du Coronavirus Covid-19, l’inauguration prévue le mardi 12 mai 2020 est reportée à une date ultérieure. Nous vous tiendrons au courant, en espérant vous ouvrir les portes du Lavoir Numérique prochainement.

La Suite au Générateur

Le Lavoir Numérique s’associe au Générateur pour cette première soirée commune dédiée à l’image et au son.

Les artistes Laurent Melon, Simon Henocq & Romain Allard concoctent ici une programmation qui mêle projections de Scoopitones et concert multimédia.

Projections de Scoopitones

« 100 ans nous séparent des anciens Lavoir Bains-Douches de Gentilly à leur transformation en Lavoir Numérique. Ré-interroger l’histoire du Lieu en rendant hommage à l’histoire de l’image, lotion et émulsion s’emploient au masculin comme au féminin. L’after-shave cool à la peau, le grain hydraté frissonne en Une. L’accroche fera date dans l’univers des magazines aux papiers glacés. Fixe ou animée, muette ou sonore, l’image fait tant d’histoires et laisse éclater son bruit.
Des figures rupestres de Lascaux aux graffs des métros, du roman du Renart de 1932 aux farces en Clark’s des Chapi Chapo, des portraits de Nadar aux couv’ de Télépoche, de « tu me fends le coeur » à l’imagerie des jeux videos, de la France a peur au 20H mais grâce à Dash j’enlève les tâches, du Joker sous les flash à « Est ce que j’ai une gueule d’atmosphère? », des raisins verts à Top Club, du « miroir mon beau miroir » au Lavoir à deux faces.
Entre artiste hybride et lieu d’hybridation, il n’y a qu’un scoopitone. »

Laurent Melon

© Laurent Melon

Concert-vidéo

Du bruitisme anarchique aux pulsations électro-noise, We Use Cookies est un « set-up live » où ruptures de formes et textures instables donnent corps à une réalité sonore rugueuse et radicale.
Simon Henocq compose des textures riches de fréquences, de battements, change de caractère au fur et à mesure que la construction se révèle. En parallèle, sur les murs et le sol du Générateur, Romain Al’l dévoile une expansion visuelle de cette architecture sonore. La main du musicien, guidée par le dispositif vidéo, dessine et compose au public un univers en totale immersion.

Une première étape de création de We Use Cookies a été présentée au Générateur en mars 2018 lors de « La Nuit COAX ».

Laurent MELON

Laurent Melon est un artiste, ami et complice du Générateur depuis 2015. Peintre en résidence à Anis Gras, le lieu de l’autre (Arcueil), il a présente des expositions, créé de nombreux Scoopitones et animé plusieurs émissions de radio en direct. Si Laurent Melon proclame la bouche en coin qu’il faut entendre le bruit de chacun, c’est certainement parce que ce bruit tisse la toile sur laquelle se peint la mise en scène obsessionnelle de son quotidien.
Cet ancien moine, « frère de l’an 2000 » et disk-jockey depuis 1984 sur radio Aligre puis radio Libertaire, capte en discontinu des évènements, des confessions, des lieux historiques peuplés par les figures carnavalesques d’un monde à l’envers qu’il illustre en peinture.

Simon HENOCQ

Musicien basé à Paris, sa pratique des arts sonores est ouverte à l’expérimentation et ses territoires d’expression sont multiples. Improvisateur, guitariste, il étudie l’électroacoustique au conservatoire de Pantin (prix Sacem en 2011) puis se forme à l’ingénierie sonore. Simon Henocq est l’un des directeurs artistiques du collectif parisien Coax, labellisé compagnie nationale en 2016, et co-fondateur du label Coax Records, dont il est collaborateur de nombreuses productions phonographiques (Acapulco, Radiation10…) en tant qu’ingénieur du son.

Romain AL’L

Artiste visuel, fondateur de LÜDICKE, collectif de vidéastes travaillant dans le domaine du spectacle vivant et des arts numériques. Il compose des performances vidéo projetées pour des formes hybrides telles que Coax Brazil  Mashup, Dans la forêt, DEADALE. Il réalise par ailleurs des clips vidéo pour le collectif Coax (Acapulco, SNAp, We Use Cookies, Helved Rüm, Parquet…), et travaille avec d’ autres artistes, collectifs, musiciens ou ensembles tels que l’Orchestre National de Jazz (Europa Rome, Europa Oslo), l’Ensemble NAUTILIS (Third Coast ensemble), Sylvain Darrifourcq (In Love With)…
http://romainal.dropr.com

Exposition jusqu’au 6 septembre 2020

Exposition jusqu’au 6 septembre 2020

Suite aux indications du gouvernement liées à la propagation du Coronavirus Covid-19, l’inauguration prévue le mardi 12 mai 2020 est reportée à une date ultérieure. Nous vous tiendrons au courant, en espérant vous ouvrir les portes du Lavoir prochainement.

Weronika Gęsicka

Traces

→  Vernissage mardi 12 mai à 18h30 dans le cadre de l’inauguration du Lavoir Numérique

On entendrait presque les jingles publicitaires qui accompagnent ces images : les mélodies sautillantes aux accents douceâtres, les refrains sucrés et les chœurs aux dents blanches clamant les mérites des réfrigérateurs derniers cris, des berlines tout confort ou des crédits immobiliers à bas coûts. 

Pour réaliser sa série Traces, Weronika Gęsicka, a arpenté les banques d’images en ligne pour en faire surgir toute une iconographie commerciale et colorée d’après-guerre. L’univers de Traces est d’abord celui d’un pays joyeux où les personnages, toujours souriants, affichent un bonheur inconditionnel dans des paysages toujours ensoleillés ou dans des intérieurs invariablement confortables et chaleureux. Il faisait décidément bon vivre dans le monde rêvé de l’American way of life des années 1950 et 1960 qui savait magistralement orchestrer loisirs, famille, histoires d’amour et félicité matérielle. 

Mais par un sortilège numérique, par des manipulations aussi malicieuses qu’amusées, par des interventions subtiles et délibérément manifestes, Weronika Gęsicka donne à ces archétypes du bien être occidental une toute autre tournure et une toute autre signification : comme si le compositeur avait soudainement eu envie de tonalités plus étranges ou plus sombres, comme si le disc-jockey avait sciemment rayé ses vieux vinyles 75 tours, comme si les rengaines publicitaires s’étaient finalement mises à tenir des propos incongrus ou délirants. 

Avec Weronika Gęsicka, nous passons de la représentation collective et convenue à l’appropriation, à l’invention visuelle, intime et pulsionnelle. En triturant les postures, en déformant les morphologies, en tourmentant les détails ou en démultipliant les signes graphiques, les métamorphoses opérées par l’artiste agissent sur notre entendement et notre imagination comme des révélateurs de sens nouveaux ou parfois même comme des agitateurs critiques : la scène de rencontre amoureuse devient un jeu narcissique, la réunion familiale prend des accents scabreux, les personnages se dédoublent ou se fondent entre eux, les perspectives déraillent, les matières prennent le pas sur les vivants, le contenu devient la forme, l’analogique intelligible s’entrelace avec le digital abscons… On pense bien évidemment au surréalisme et on s’emmêle délicieusement les pinceaux dans ce constant va-et-vient. 

Michaël Houlette 

Le Lavoir Numérique #WIP

Le Lavoir Numérique #WIP

Les travaux de transformation des anciens Lavoir bains-douches de Gentilly avancent !

Guillaume Ledun, photographe et vidéaste, suit les évolutions du chantier, et nous ramène des images de la naissance du Lavoir Numérique.

Le projet architectural est signé Arteo architecture (Anne Forgia et Didier Leneveu).

Toutes les photos sont visibles ici: album Flickr du chantier

Le Lavoir Numérique en chantier – Mars 2019
LAVoir : un film chorégraphique tourné dans le futur Lavoir Numérique

LAVoir : un film chorégraphique tourné dans le futur Lavoir Numérique

La compagnie de création chorégraphique Entrelacs a investi l’ancien Lavoir Bains-Douches de Gentilly au cours de l’année 2017, pour le tournage de LAVoir, qui regroupe une danseuse et un danseur.

« Histoires, images fragmentaires parcourant l’espace disparu des anciens Lavoir-Bains douches de Gentilly.
« LAVoir », espaces oniriques glissant de l’endroit vers l’envers de ce lieu de ce qu’il inspire.
L’eau, les corps, le petit linge sale, la peau aperçue, voir, dévoiler, regarder, exhiber, entendre, salir, interdire, sentir, punir, goûter, désirer. Des figures de femmes, des lavandières sorties de la nuit, l’excès pulsionnel, instinctuel à enchaîner, des histoires qu’on raconte pour faire peur, comme un jeu défendu. »

Un film de Magali Brument et Robin Moreau
Conception: Magali Brument
Création sonore: Robin Moreau
Interprétation: Brigitte Dumez, Magali Brument, Selçuk Göldere
Durée: 15′

Copyright Cie Entrelacs – 2018

 

 

L A Voir Teaser 1 / Compagnie Entrelacs from Le Lavoir Numérique on Vimeo.

L A Voir Teaser 2 / Compagnie Entrelacs from Le Lavoir Numérique on Vimeo.