Diaph8 : Appel à participation

Diaph8 : Appel à participation

Face au confinement, Diaph 8 réagit.

Le collectif propose de partager des images en réaction à la crise que de nombreux pays traversent et qui bouleverse le quotidien de chacun.e.

Participez et même confinés, soyons créatifs !

À suivre en 2020 :
Diaph 8 réunit des photographes, des commissaires, des critiques, des galeristes… tous ayant en commun de suivre ou d’avoir suivi la formation Photographie de l’Université Paris 8.
Certains membres du collectif participeront à la future exposition au Lavoir Numérique !

#diaph8athome #photographeathome

Plus d’infos

Écrans partagés – La photographie après 31 ans de Web

Écrans partagés – La photographie après 31 ans de Web

Exposition du 16 octobre 2020 au 10 janvier 2021
Entrée libre

Julia Amarger
Claire Béteille
Judith Bormand
Amélie Cabocel
Pablo-Martín Córdoba
Manon Giacone
Lorraine Lefort
Pernelle Popelin
Rafael Serrano

Vernissage lors de l’inauguration du Lavoir Numérique le jeudi 15 octobre à 18h30 (voir toute la programmation)
Visite commentée le dimanche 8 novembre à 17h
Visite / Rencontre avec le collectif Diaph 8 le mardi 8 décembre à 19h

Exposition organisée avec le collectif Diaph 8
Avec le soutien de la SAIF

Le Lavoir Numérique a pour ambition de questionner le monde par le prisme de l’audiovisuel actuel.  Pour débuter cette longue et passionnante prospection, il fallait bien commencer par le commencement et s’attaquer à cette fantastique montagne qu’est le Web aujourd’hui. Exposition d’inauguration du Lavoir Numérique, Écrans partagés ouvre ainsi une première porte : celle de la photographie. Médium technologique inventé il y a presque 200 ans, la photographie est-elle toujours la même après 31 ans de Web ? Quelles nouvelles images naissent du Net ? Comment regardons-nous le monde à présent ?
Pour tenter de répondre à ces questions, l’équipe du Lavoir Numérique s’est tournée vers DIAPH 8, collectif d’artistes, praticien.ne.s et penseurs de la photographie, tous issu.e.s de la formation Photographie et Art Contemporain de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis.

Le World Wide Web (ou Web), ce système qui permet de naviguer de site en site sur internet, a eu 31 ans cette année. Il y a également plus de 30 ans que la photographie a opéré une mutation technologique pour devenir, à l’instar des autres médias, un objet numérique. En devenant un mode d’enregistrement électronique produisant des données, la photographie n’a pas nécessairement remis en question sa nature propre ni ses principes fondamentaux (capter le réel et le transcrire sous forme d’une image) mais elle a bouleversé une histoire vieille de presque deux siècles qui la liait aux supports concrets qui la définissaient (une épreuve sur papier, une reproduction dans un magazine, etc.) et à l’usage que ces supports déterminaient. En devenant immatérielle, l’image photographique a progressivement intégré les moyens de communication élaborés par le Web ; une intégration qui, au passage, a connu une brusque et radicale accélération ces 15 dernières années.

La photographie en tant qu’objet visuel numérique ne peut toutefois pas s’envisager que sous le seul angle technologique. La production des images photographiques est certes désormais conditionnée par de nouveaux types d’appareils (les smartphones par exemple) et des logiciels innovants qui ont fait émerger des nouvelles formes visuelles et de nouveaux contenus. Mais cette production a, par la même occasion, généré de nouveaux modèles économiques, de nouveaux modes de gestion et de consommation, de nouveaux usages et de nouveaux rapports sociaux. L’image photographique, comme le souligne l’historien André Gunthert, est devenu un « objet fluide » autrement dit, un objet de données (et même de métadonnées sans lien avec le spectre visuel) malléables et transformables, un objet connecté, un objet de langage et un objet interactif.

L’exposition et la publication qui l’accompagne n’ont pas la prétention de décrire avec exhaustivité toutes les métamorphoses opérées et induites par la photographie depuis son entrée dans l’ère du web. En s’adressant à des auteur.e.s rompu.e.s à l’exercice de la pratique et de l’autoréflexion, ce projet vise simplement à esquisser les contours d’un paysage et à partager quelques réflexions. Leurs œuvres photographiques (épreuves, installations, projections) montrent, interrogent et tentent de circonscrire des sujets. Si Judith Bormand rappelle que derrière toute image photographique il y a désormais une machine, Rafael Serrano souligne quant à lui qu’en produisant et en regardant des images numériques via des tablettes ou des smartphones, nous manipulons et regardons avant tout des écrans. La profusion de photographies fait du web « une source ouverte, abondante et commune » pour Lorraine Lefort qui invente de nouveaux mythes à partir des innombrables matériaux visuels ainsi mis à la disposition de tous. Pablo-Martín Córdoba questionne de son côté l’économie de l’incommensurable quantité de photographies circulant sur le web et met en lumière le « Big data qui échappe à notre contrôle » ainsi que les centres de données (Data Centers), lieux invisibles où sont pourtant gérés, stockés et contrôlés toutes les informations. Manon Giacone montre comment une interface (celle d’Instagram en l’occurrence, aujourd’hui la principale plateforme de partage d’images fixes) peut déterminer le cadre d’une narration. Pernelle Popelin, pour qui photographier puis publier en ligne peut devenir « un acte de communion », interroge la mémoire collective et la représentation d’un évènement au sein du flux sur internet. Claire Béteille relève l’amplification des postures égocentriques et met en scène les limites absurdes du phénomène selfie qui pousse à diffuser son image en toute occasion. Enfin, pour Julia Amarger et Amélie Cabocel, l’image de soi véhiculée et soumise aux interactions sur les réseaux sociaux conditionne notre mode de perception des autres et possiblement notre conception de nous-mêmes ; la fluidité numérique de l’image photographique n’ayant sans doute rendu que plus visibles et plus prégnants les schémas, les modes et les goûts dominants.

Michaël Houlette

Julia Armanger, Une femme multifacettes
Rafael Serrano, Toucher Glisser

Diaph 8

Déclencheur d’Initiatives en Art et Photographie (Diaph 8) collectif créé en 2015 en Île-de-France, a pour objectif de promouvoir le travail artistique de ses membres.

Étudiants, diplômés, chercheurs, doctorants, journalistes, artistes, commissaires indépendants, professeurs et enseignants, photographes, chargés de communication, … Diaph 8 est composé
d’un vivier de femmes et d’hommes passionnées par l’image qui ont le désir de développer ensemble des projets. Tous ont en commun de suivre ou d’avoir suivi le Master Photographie et Art contemporain de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis.

Le collectif est à l’initiative d’expositions en partenariat avec des structures culturelles et des commissaires indépendants, crée et édite des ouvrages, organise des séances de travail autour de la photographie avec ses membres, promeut et met à jour l’actualité des artistes sur ses supports de diffusion.

Nos actions encouragent l’émergence d’artistes et de professionnel.le.s de l’image, contribuant ainsi au développement de la photographie contemporaine. Le collectif a pour ambition de rayonner sur le territoire français ainsi qu’à l’international en s’associant à d’autres structures artistiques partageant les mêmes missions, afin de favoriser la mobilité des artistes, d’élargir le socle culturel de Diaph 8 et d’établir des liens durables avec nos partenaires à l’étranger.

www.diaph8.org

Partenaires :
SAIF www.saif.fr
La culture avec la Copie Privée www.copieprivee.org

Le Lavoir Numérique partenaire de Numéricité #3

Le Lavoir Numérique partenaire de Numéricité #3

Numéricité #3: Atelier "Crée ton exposition virtuelle" – Collectif In-Dialog from Le Lavoir Numérique on Vimeo.

Le Lavoir Numérique participe à la troisième édition du festival Numéricité (15 septembre-3 novembre 2018, bibliothèque de L’Haÿ-les-Roses), dédié à la culture numérique et plus spécifiquement cette année aux thématiques suivantes: robotique, Do it yourself, Intelligence artificielle et réalité augmentée.

A cette occasion, venez découvrir l’exposition photographique « Le Lavoir version Light Painting », présentée du 15 septembre au 10 octobre.

En 2016, les anciens bains-douches de Gentilly, bientôt transformés en Lavoir Numérique, ont été investis par les photographes de la Ligue Francophone de Light Painting (LFLP) qui ont donné libre cours à leur créativité dans ce lieu atypique, témoin d’une époque révolue, avant sa nouvelle vie. L’exposition présente une sélection d’œuvres étonnantes réalisées à cette occasion. Une rencontre avec Julien Bellenger et Stéphane Babatasi, membres fondateurs du collectif, aura lieu le 6 octobre à 15h.

Le Lavoir Numérique invite de plus le collectif In-Dialog pour une série d’ateliers ouverts à tous dès 10 ans, pour la réalisation d’objets réels et virtuels en 3D, et la création d’une exposition collective en réalité augmentée dans la bibliothèque !

Ateliers les mercredis 26/9, 3/10, 10/10 et 17/10 de 15h à 17h (gratuits).

Galerie virtuelle créée lors des ateliers visible (par smartphone ou tablette) du 18 octobre au 3 novembre 2018.

L’ensemble du programme est en ligne ici.

Renseignements et inscriptions aux ateliers à la bibliothèque Georges Sand, 21 rue Henri Thirard 94250 L’Haÿ-les-Roses et au 01 46 64 52 55.

         

Exposition Inlandsis

Exposition Inlandsis

Du 22 septembre au 16 décembre 2017 au service culturel de Gentilly

Le Lavoir est co-producteur de l’exposition arts numériques Inlandsis par l’artiste Barthélemy Antoine-Loeff.

« 2017, une fissure longue de 200 kilomètres s’ouvre au pôle sud, révélant une blessure climatique à qui veut bien la voir. Au même moment, 21135 mails stockés sur un serveur dévorent une énergie astronomique rendue imperceptible par le prisme de nos écrans.

Avec Inlandsis, Barthélemy Antoine-Lœff semble avoir «arrêté le temps» pour proposer un parcours sensible et immersif. A travers trois installations, il pose un regard poétique et critique sur les équilibres précaires que nous imposons petit à petit à l’environnement dans lequel nous évoluons, et révèle notre fragilité et notre vanité à vouloir maîtriser des forces qui nous dépassent.

Barthélemy Antoine-Lœff crée des œuvres d’art optiques et numériques, parfois interactives, souvent immersives, qui expriment des univers traversés par une relation contemplative de la nature et des éléments. L’artiste réalise des espaces de partage de son ressenti face aux «forces» du monde : onirisme, énergies, matières, technologies. »

Accès libre au service culturel de Gentilly du 22 septembre au 16 décembre 2017.

L’adresse: 58/60, avenue Raspail 94 250 Gentilly / Renseignements et horaires au 01 41 24 27 10

L’exposition intégrera Némo, la Biennale internationale des arts numériques – Paris / Île-de-France pour un parcours numérique entre Arcueil (Galerie municipale Julio Gonzales, Anis Gras – le lieu de l’autre) et Gentilly (service culturel et Le Générateur) le 2 décembre à partir de 17h (plus d’informations à venir).

L’exposition Inlandsis est co-produite par le Lavoir, la Ville de Gentilly et Siana – L’imaginaire des technologies.

Logo_Gentilly_web Logo Siana Logo Némo'

L’exposition Le Lavoir avant travaux arrive à Gentilly!

L’exposition Le Lavoir avant travaux arrive à Gentilly!

Après une étape à Fresnes en juin 2016, puis à l’ECAM-Théâtre du Kremlin-Bicêtre en janvier 2017, l’exposition de photographies Le Lavoir avant travaux sera présentée du 9 au 24 juin prochains, à la médiathèque et au service culturel de Gentilly.

Deux approches seront proposées: celle de la Ligue Francophone de Light Painting, qui a investi les lieux pendant tout le mois de février 2016, et une classe de L’EPSAA (Ecole Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques de la Ville de Paris) située à Ivry-sur-Seine, qui a pu découvrir le bâtiment en friche en septembre 2016.

Francis Jolly, enseignant et photographe à l’univers onirique, a lui aussi été inspiré par le lieu.

L’exposition sera aussi l’occasion de présenter les travaux réalisés par les jeunes du collège Rosa Parks lors de la résidence de Benoît Labourdette et Julien Lahmi, le « Rosa Parks Mashup Lab ». Tout au long de l’année scolaire, les deux artistes ont fait découvrir par la pratique la liberté de création du mashup vidéo (réalisation de film à partir d’extraits photo ou vidéo préexistants, glanés sur Internet). Des ateliers de tournage par drone ont aussi été proposés aux écoles primaires et aux jeunes du Point J, ainsi que la réalisation d’un lipdub pour l’anniversaire des 10 ans du collège.

Les visiteurs pourront s’essayer au mashup, grâce à la mashup table, dispositif intuitif et ludique qui permet de réaliser sa vidéo en quelques minutes.

Une rencontre avec les artistes suivie d’une visite de l’exposition est prévue le mardi 13 juin à 18h30, dans le cadre du festival Futur en Seine.

Logo_Gentilly_web

logo-EPSAALFLPlogo_departement_val_de_marne_94Drac Cartouche-Futur-en-Seine

logo_mashup_festival

Exposition: Le Lavoir avant travaux

Exposition: Le Lavoir avant travaux

Du 6 au 28 janvier 2017 à l’ECAM – Théâtre du Kremlin-Bicêtre, Le Lavoir organise une exposition de photographies réalisées dans les anciens bains-douches de Gentilly bientôt transformés en centre culturel.

Deux approches seront proposées: celle de la Ligue Francophone de Light Painting, qui a investi les lieux pendant tout le mois de février 2016, et une classe de L’EPSAA (Ecole Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques de la Ville de Paris) située à Ivry-sur-Seine, qui a pu découvrir le bâtiment en friche en septembre 2016.

L’exposition sera accessible à tous gratuitement, et un temps de rencontre avec le Chef de projet culturel du Lavoir, accompagné du collectif Scénocosme dont plusieurs œuvres seront exposées, aura lieu le samedi 28 janvier à 16h sur place.

 

logo-ecam-bleu         logo-EPSAA      LFLP

Photographie: Traces Stéphane Babatasi / Juls Boo (tous droits réservés)

Retrogaming! une exposition à jouer par MO5.com

Retrogaming! une exposition à jouer par MO5.com

Les 20 et 21 janvier 2017, à la Médiathèque de Gentilly, Le Lavoir a proposé une exposition jouable de retrogaming par l’association MO5.com.

Quoi de mieux pour découvrir l’histoire du jeu vidéo… que de jouer?!

Une exposition, dans le hall de la médiathèque et en salle d’animation, a permis au public nombreux et de tous âges de (re)découvrir des consoles mythiques et des jeux qui ont marqué les mémoires, tout en conservant leur pleine dimension ludique. Le jeu vidéo, c’est aussi et surtout un plaisir collectif!

Et les vainqueurs de la compétition sur grand écran de Bomberman sont repartis avec une Megadrive retro fournie avec… 80 jeux!

MO5.COM est une association œuvrant à la préservation du patrimoine de l’informatique et des jeux vidéo dans le but d’ériger, un jour, le premier musée national dédié à la culture numérique. Cette mission passe notamment par la diffusion de ce patrimoine auprès du public. L’association organise ainsi, régulièrement, des expositions pédagogiques interactives dans des musées, des salons accueillant du jeu vidéo, mais aussi des médiathèques.

Un événement organisé par Le Lavoir, la Médiathèque de Gentilly et MO5.com.

Les photos de l’événement sont à voir ici.

Le Lavoir – RETROGAMING! Une exposition à jouer – Médiathèque de Gentilly Janvier 2017 from Le Lavoir on Vimeo.

logomediagentilly

Logo_Gentilly_web          Copie-de-20065 

Exposition de photographies « Le Lavoir version Light Painting » – juin 2016

Exposition de photographies « Le Lavoir version Light Painting » – juin 2016

Lors de l’édition 2016 du festival Futur en Seine, l’exposition « Le Lavoir version Light Painting » fut organisée au centre socioculturel Avara à Fresnes, du 13 au 24 juin 2016.

Une sélection de prises de vue réalisées par la Ligue Francophone de Light Painting lors de leur résidence au Lavoir en février 2016 fut présentée au public, et accompagnée par deux sessions d’ateliers de Light painting, animées par Alexis Pichot.

L’ensemble des oeuvres réalisées par La Ligue Francophone de Light Painting au Lavoir est visible ici.

Le Lavoir: Exposition et ateliers "Le Lavoir version Light Painting" Futur en Seine Juin 2016 from Le Lavoir on Vimeo.

        LFLPAvara logoCartouche-Futur-en-Seine

Photographie: L’homme du Lavoir – Pala Teth / Alexis Pichot / Mathieu Mall (Tous droits réservés)